Service central

La Maison de la Culture et de la Vie de Campus

Activités

La Maison de la Culture et de la Vie de Campus a pour objectif de contribuer à la vie culturelle et universitaire, par la diffusion des savoirs et des informations ainsi que par l'organisation de manifestations artistiques et culturelles.

Elle fonctionne depuis l’année universitaire 1995/1996. La loi du 26 janvier 1984 définit clairement la mission culturelle des établissements d’enseignement supérieur. De plus, depuis le 14 janvier 2002, un protocole quinquennal de coopération a été signé entre le Ministère de l’Education Nationale, de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche, et celui de la Culture et de la Communication.

Les axes prioritaires en sont :

  • la diffusion des savoirs
  • la production de réalisations des étudiants et personnels
  • l’organisation de manifestations artistiques et culturelles
Ces orientations s’articulent autour de la nécessité de favoriser le développement des pratiques amateurs des étudiants et leur participation active à la définition de la politique culturelle de l’établissement.

Bien qu’ayant favorisé l’émergence de nombreux évènements culturels, elle peut encore asseoir et développer ses orientations.

Parmi les 5 chantiers prioritaires de l’université fixés par le gouvernement figure celui de la condition de vie des étudiants. (JO n°185 11 août 2007). La promotion de la culture y trouve sa place au côté du sport et de la vie associative.

Dans cette logique, depuis 2007, l’Université d’Avignon a intégré le réseau A+U+C (Art+Université+Culture).

Aujourd'hui, la Maison de la Culture et de la Vie de Campus organise le suivi de l’ensemble des actions culturelles de l’Université, qui est devenue l’un des premiers acteurs culturels et scientifiques du territoire. Les actions et valeurs que nous devons continuer à porter ensemble relève d'une double visée : d’une part, la culture comme facteur liant et identitaire de notre communauté et, d’autre part, de reconnaissance dans son territoire local, mais aussi international.

Organisation

Vice-Président du développement de la Culture et des marques de l'Université : Damien MALINAS
Directrice de la Culture : Myriam DOUGADOS
Médiatrice des Cultures et des Campus : Alexandra PIAUMIER
Animateur du Bureau de la Vie de la Campus : Romano MARCK
Secrétariat : Baia PONTIER et Karinne MORIN

Informations complémentaires

Avignon, un rêve que nous faisons « tous ensemble »

Au mois de juillet 2005, la maison Jean Vilar organisait une exposition intitulée Avignon, un rêve que nous faisons tous. Dans ce titre, la référence à ce que Jean Vilar appelle la communauté des spectateurs est explicite. De ce spectateur, il dit d’ailleurs qu’il souhaite le voir se transformer en « participant ». En accolant à ce titre « tous ensemble », formule familière des manifestations et mouvements sociaux universitaires, la référence est double : la communauté des spectateurs et la communauté universitaire.

  • La culture et ses formes sont réputées avoir la capacité de transformer un individu en spectateur, de le faire exister au sein d’un public et parfois de transformer les personnes rassemblées d’audience en une communauté réunie autour d’une œuvre. L’expérience culturelle devient alors collective au sens plein du terme.
     
  • L’université se compose de trois corps désignés comme étant les enseignants-chercheurs, les administratifs et les étudiants. Ces derniers sont administrativement qualifiés d’usagers, d’aucuns les désignent en tant que public de l’université. Plus globalement, ces trois corps sont censés constituer la communauté universitaire partageant des débats et des valeurs communs : une culture. La question de l’autonomie des universités pose la question de la culture au niveau d’un établissement, de ce autour de quoi ses différents corps peuvent faire communauté. Il s’agit de se demander comment en transformant ses membres d’usager ou public en participants, la culture au travers d’une chaîne de coopération peut transformer certains moments, expériences en œuvre collective.
Cependant, il n’est pas question ici d’évacuer la question artistique et ce que certains nomment une éducation à celle-ci, d’autres une formation des publics, mais avant tout, il faudra penser la tension entre le monde de l’art et celui du savoir dans leur proximité et défiance réciproques. Il est nécessaire de ne pas tomber dans l’écueil de fausses évidences qui veulent que savoir et art vont de paire, que l’artiste et l’universitaire sont naturellement connivents. La notion même de culture par sa capacité à décrire tantôt l’art tantôt le savoir interroge ici leurs rapports.