• Sciences Technologies Santé,
  • Recherche,

[Soutenance de thèse] Pierre MALLET : "Rôle des infrastructures et des pratiques agroécologiques pour la conservation de la biodiversité dans les systèmes de grandes cultures en Camargue", IMBE, 21/10/2022

Publié le 5 septembre 2022 Mis à jour le 5 septembre 2022
Date(s) et lieu(x)
Le 21 octobre 2022
Complément date
14h00
Salle Jean-Paul Taris, Tour du Valat

Pierre MALLET soutiendra sa thèse le 21 octobre 2022 sur le thème : "Rôle des infrastructures et des pratiques agroécologiques pour la conservation de la biodiversité dans les systèmes de grandes cultures en Camargue".

Discipline

Écologie des paysages


Laboratoire

IMBE, Tour du Valat, Dynafor


Encadrement

  • François Mesléard
  • Arnaud Béchet
  • Thomas Galewski
  • Clélia Sirami
     

Composition du jury de soutenance

  • Dr Cécile Albert, CR, IMBE
  • Dr Sandrine Petit-Michaut, DR, INRAE
  • Dr Thierry Dutoit, DR, IMBE
  • Dr Florence Matutini, CR, OFB
     

Résumé de la thèse

L’intensification de l’agriculture est une menace majeure pour la biodiversité. L’homogénéisation des paysages et les changements de pratiques réduisent la quantité et la qualité des habitats disponibles. Dans ce contexte, l’écologie des paysages peut être utilisée dans le but de proposer des modes de gestion agroécologique favorables à la biodiversité.
Dans cette thèse j’ai étudié les effets des interactions entre les bordures de parcelles et les pratiques agricoles ainsi qu’entre les bordures de parcelles et les milieux semi-naturels. J’ai pris pour modèle d’étude les paysages rizicoles du delta du Rhône en Camargue. Les paysages camarguais se caractérisent par de grands espaces de zones humides protégés en réserve, des zones de pâturage extensif et de marais à vocation cynégétique et des parcelles de grande culture. Selon leur localisation, ces cultures sont entourées de milieux semi-naturels ou dans des paysages d’openfields. En tant que zone humide majeure du bassin méditerranéen, il existe dans le delta du Rhône des enjeux de conservation de la biodiversité très importants. La Camargue est donc une zone d’étude intéressante pour travailler sur des modes de gestion agroécologique qui permettent de concilier la production alimentaire et la conservation de la biodiversité.
En étudiant l’effet de l’hétérogénéité du paysage le long d’un gradient d’intensité d’utilisation de produits phytopharmaceutiques, je montre que la présence de milieux semi-naturels surfaciques et de bordures de parcelles a un effet positif plus important pour la biodiversité dans les paysages agricoles intensifs. Ces milieux sont utilisés comme des zones refuges par différentes espèces. J’ai ensuite étudié l’effet des surfaces de bordures de parcelles le long d’un gradient de surface de milieux semi-naturels dans des paysages en agriculture biologique. J’ai ainsi mis en évidence le rôle d’habitat de substitution que peuvent avoir les bordures de parcelles pour les oiseaux nicheurs ainsi que leur utilisation comme habitat complémentaire pour les oiseaux hivernants. Cependant, la diversité des niches des espèces rencontrées dans les milieux agricoles camarguais induit des réponses contrastées aux variations de la quantité des différents types d’infrastructures agroécologiques. Afin de prendre en compte ces variations, j’ai modélisé l’effet de la plantation de haies dans le but d’optimiser la conservation de la biodiversité et la fourniture de services écosystémiques.
En conclusion, l’intensification agricole est une menace majeure pour la biodiversité, mais l’adoption de pratiques agroécologiques peut permettre de réduire ces impacts et même offrir des milieux favorables aux espèces. La prise en compte des milieux agricoles dans les programmes de conservation de la biodiversité en Europe est donc nécessaire.

Mis à jour le 5 septembre 2022