[Portrait] Patrick Gianfaldoni, Maître de conférences en Sciences Économiques

Sur quoi portent vos recherches ?

Dans la période 2009-2014, je me suis consacré à l’analyse de la structuration et des propriétés du secteur de l’insertion par l’activité économique - IAE (modes de gouvernance de l’action publique et stratégies privées, dispositifs d'accompagnement dans et par le travail, attributs de l'innovation sociale, performance sociale, …). Ces dernières années, mes recherches portent sur l'entrepreneuriat social, la contractualisation incitative, la croissance économique des entreprises sociales et le phénomène de concentration, la polarisation territoriale dans l’économie sociale et solidaire (ESS), les stratégies des Fondations et l’Etat social néolibéral.

Quelle est votre actualité scientifique ?

J’ai actuellement deux recherches contractualisées en cours (portant sur « le projet d’expérimentation d’un hébergement touristique alternatif » et sur « l’identification territoriale de structures entre ESS et économie circulaire »). Deux sont prévues pour les années 2021-2022 (portant sur les modèles socioéconomiques en ESS et sur l’évaluation de l’impact social dans l’IAE).

Voir les six productions récentes représentatives des champs d’investigations de Patrick Gianfaldoni

  • La contribution de la Fondation de France aux processus territorialisés et territorialisants d’innovation sociale, Innovations – Journal of innovation economics, n°59, vol.2, 2019, 103-127. (corédactrice : L. Manoury)
  • Comprendre pour agir et agir pour comprendre dans le champ des politiques sociales. Construction d’un dispositif pédagogique de professionnalisation en Master, J. Stoessel-Ritz et M. Blanc (dir.), Comment former à l’économie sociale et solidaire ?, PUR,  2020, 217-231. (Corédacteurs : J.R. Alcaras et L. Manoury)
  • Confrontée à un Etat social néolibéral, l’ESS est-elle en mesure de proposer des voies alternatives ?,  RECMA – Revue Internationale d’Economie Sociale, n°359, 1er trimestre 2021. (Corédacteur : L. Gardin)
  • Les impulsions concurrentielles dans l’insertion par l’activité économique, Vie Sociale, dossier « Concurrence et interventions sociales et médico-sociales », n°31-32, janvier 2021. (Corédacteurs : Ph. Lerouvillois et O. Dupuis)
  • L’ESS au regard du développement territorial durable : Identification des acteurs, philanthropie et potentialités territoriales, Colloque international du RIUESS : « ESS et Développement durable : des approches pertinentes pour le vingt-et-unième siècle », Université Clermont Auvergne , mai 2021. (corédactrice : L. Manoury)
  • Économie sociale et solidaire politique versus économie sociale d’entreprise, en évaluation Revue Politiques et Management Public. (corédacteur : L. Gardin)

Pourquoi avez-vous choisi de travailler dans la recherche universitaire ?

Le choix de la recherche universitaire résulte de deux rencontres majeures : la première avec le professeur de philosophie Yves Schwartz et son équipe en analyse pluridisciplinaire des situations de travail ; la seconde avec le professeur d’économie Bernard Guilhon qui m’a permis de poursuivre en thèse de doctorat dans le domaine de l’économie industrielle. Je leur suis redevable d’une approche épistémologique à la fois rigoureuse et transdisciplinaire de la recherche. J’ai toujours pensé et théorisé l’économie, comme science appliquée, aux regards de la sociologie, la gestion, l’histoire, la géographie, du droit et de la politique.


Quel conseil donneriez-vous aux étudiants qui souhaitent faire de la recherche ?

Je ne peux m’exprimer qu’au sujet de la recherche en sciences sociales. Avant tout, la recherche doit procurer du plaisir, non seulement par les processus de créativité et de découverte qu’elle suscite, mais aussi par le maniement des outils et du langage qu’elle nécessite. En second lieu, les étudiant.e.s doivent se départir d’une conception mono-disciplinaire et rationaliste de la recherche, sauf à vouloir s’enfermer dans des méthodes établies-partagées par une école intra-disciplinaire d’appartenance.  A contrario, le luxe de l’inconfort que nous autorise le métier d’enseignant–chercheur devrait les conduire à rechercher la liberté de savoir et de connaissance à souhait.


Quel objet ou quelle image de votre recherche vous illustre le mieux ?

L’image proposée rassemble des intitulés d’ouvrages qui illustrent mes recherches actuelles ainsi que les enseignements universitaires associés.

Le laboratoire

Patrick Gianfaldoni est membre du Laboratoire Biens Normes et Contrats (LBNC).
Le Laboratoire Biens, Normes, Contrats est une unité de recherche pluridisciplinaire qui regroupe des juristes, des politistes, des économistes et des gestionnaires autour de projets de recherche fédérateurs.

Il se structure autour de trois thèmes de recherche, qui mobilisent, chacun, l’ensemble des disciplines du laboratoire :
  • Sociétés numériques
  • Travail - Emploi
  • Vote et démocratie

Voir les autres portraits

Mis à jour le 5 janvier 2021