Enseignant-chercheur (ens.sup)

M. Frédéric MONIER

Professeur d'Université

Discipline(s) enseignée(s)

Histoire contemporaine (XXe siècle).

Thèmes de recherche

  • Histoire contemporaine: France (1880-1940), Europe (1914-1945).
  • Histoire sociale et culturelle du politique.

Activités / CV

Biographie :

  • Né en 1966
  • 1988: Agrégation d'histoire
  • 1988-1990: professeur en collège et lycée
  • 1990-1992: lecteur à l'université d'Oviedo (Espagne)
  • 1992-1996: ATER à l'université Paris-X Nanterre
  • 1995: Thèse de doctorat. L'apparition du complot communiste en France (1917-1932): le pouvoir d'Etat et l'opinion publique face à la section française de la troisième Internationale dans les années vingt, sous la direction de J.-J. Becker, Université Paris-X Nanterre, 2 vols.
  • 1996-2001: maître de conférences en histoire contemporaine à l'université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis
  • 2001- 2007: maître de conférences en histoire contemporaine à l'université d'Avignon
  • 2006: Mémoire pour l'habilitation à diriger des recherches. La politique en clair-obscur: espace public, secret, demandes privées en France (années 1880- années 1930), sous la direction de Ch. Prochasson, EHESS, 3 vols. Tome 1: Synthèse des travaux et perspectives de recherche; tome 2: La politique des plaintes. Edouard Daladier et la crise des clientélismes radicaux (1912-1940); tome 3: Travaux publiés.
  • Depuis 2008: Professeur à l'Université d'Avignon
Publications : Publications de Frédéric MONIER

Corps

professeur

Informations complémentaires

Programmes de recherche :

Les travaux de recherche de Frédéric Monier concernent depuis plusieurs années l'histoire et la sociologie politique de la corruption et du patronage. ces recherches s'inscrivent dans différents programmes de recherche nationaux et internationaux, qui sont présentés sur le site "corruption et politique", sur la plate-forme Hypothèses du Cleo.

De mars 2011 à août 2014, un premier programme franco-allemand, intitulé « Politique et corruption : pratiques de la faveur et débats publics en France et en Allemagne (XIXe-XXe s.)- POC/K», a été coordonné avec Jens Ivo Engels (université technique de Darmstadt). Ce programme, soutenu par l’ANR et la DFG, Deutsche Forschungsgemeinshaft, (ANR-10-FRAL-0004), a été mené en partenariat avec des équipes :
  • de l’Université Goethe de Francfort (Andreas Fahrmeir, Pr.)
  • de l’Université de Lorraine (Olivier Dard, Pr.).

Depuis septembre 2014, un deuxième programme franco-allemand a pris la suite : «Politique et corruption : argent immoral et influence politique en France et en Allemagne (XIXe-XXe s.) POC/K2». Il est coordonné par Frédéric Monier avec Jens Ivo Engels (université technique de Darmstadt). Ce programme est soutenu par l’ANR et la DFG (ANR-13-FRAL-0009-02), en partenariat avec des équipes :
  • de l’Université Goethe de Francfort, avec Andreas Fahrmeir,
  • de l’Université Paris-Sorbonne SIRICE (UMR CNRS 8138), avec Olivier Dard,
  • de l’Université Aix-Marseille, du Laboratoire méditerranéen de sociologie, LAMES (UMR CNRS 7305), avec Cesare Mattina, sociologue (MCF, AMU).
À partir de janvier 2015 et jusqu’en décembre 2016, le réseau scientifique s’élargit avec un programme franco-roumain. Intitulé « Corruption et politique en France et Roumanie à l’époque contemporaine» (CorPo), il est coordonné par Frédéric Monier avec Silvia Marton (université de Bucarest et New Europe college). Ce programme est soutenu par un partenariat H. Curien, (Brancusi 2015 32635ZA), côté français, et par le ministère roumain de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

Ce premier programme franco-roumain débouche, depuis octobre 2016, sur un programme international, trilatéral. Intitulé « comparer la corruption politique dans les pays de nouvelle démocratie (CCPND) », ce nouveau programme est coordonné par Alexandra Iancu (université de Bucarest), en partenariat avec une équipe de la nouvelle université bulgare de Sofia (Petia Georgieva) et une équipe du centre N. Elias (coordonnée par Frédéric Monier). Ce programme est soutenu par l’agence universitaire de la francophonie, bureau de l’Europe centrale et orientale (AUF-BECO) et le ministère roumain de l’Enseignement supérieur et de la recherche. Ce programme doit s’achever fin 2017.

Enfin, en vue de conforter le réseau scientifique élargi qui travaille sur ces thématiques depuis 2011-2015, au-delà des partenaires allemands et roumains, Frédéric Monier et plusieurs collègues du centre N. Elias – notamment Benjamin Landais, marion Fontaine et Stéphane Durand- ont cherché l’appui du CNRS.

Depuis janvier 2017, le groupement de recherche international « Politics and corruption : current comparative history and sociology (Politics and corruption)/ Politique et corruption : histoire et sociologie comparées à l’époque contemporaine » est actif (GDRI CNRS n° 842). Le projet a été sélectionné par le CNRS en décembre 2015. Il a été mis en place en 2016, avec démarrage au 1er janvier 2017, avec une durée prévue jusqu’en décembre 2020.

Le GDRI 842 est un programme pluridisciplinaire, avec des chercheurs historiens, politistes et sociologues de six pays différents. Il est coordonné par Frédéric Monier et concerne 3 autres chercheurs au centre N. Elias: Stéphane Durand (Pr., 22e section CNU), Marion Fontaine (MCF, 22e section CNU) et Benjamin Landais (MCF, 22e section CNU). Le GDRI groupe des équipes françaises membres :
  • du laboratoire méditerranéen de sociologie LAMES (UMR CNRS 7305), sous la coordination de Cesare Mattina (MCF, 19e section CNU),
  • de Sorbonne-identités, relations internationales et civilisations de l’Europe SIRICE (UMR CNRS 8138) sous la responsabilité d’Olivier Dard (Pr., 22e section CNU).
Enfin, le GDRI 842 regroupe à l’étranger :
  • des équipes allemandes de l’université technique de Darmstadt, sous la responsabilité de Jens Ivo Engels (Pr., histoire contemporaine),
  • de l’Université Goethe de Francfort, sous la responsabilité d’Andreas Fahrmeir (Pr., histoire contemporaine),
  • une équipe canadienne sous la responsabilité de Martin Meunier, Pr. en sociologie au centre interdisciplinaire de recherche sur la citoyenneté et les minorités (CIRCEM, université d’Ottawa),
  • une équipe espagnole sous la responsabilité de Gemma Rubi i Casals, Pr. en histoire contemporaine au groupe d’histoire du parlementarisme (université autonome de Barcelone),
  • une équipe roumaine coordonnée par Silvia Marton (Dr. MCF en sciences politiques à l’université de Bucarest) pour le groupe de réflexions sur l’histoire politique et sociale aux XVIIIe et XIXe siècles (GRIPS, New Europe college, Bucarest),
  • une équipe néerlandaise coordonnée par Ronald Kroeze, professeur assistant à l’Université libre d’Amsterdam.
Cette spécialisation scientifique sur les questions de corruption et de rapports entre la politique et l’argent, dans un esprit pluridisciplinaire, explique que Frédéric Monier participe depuis octobre 2016 au programme national « les élus et l’argent : analyses des conditions matérielles d’exercice des mandats électoraux (ELUAR) », coordonné par Rémy Le Saout (université de Nantes, MCF en sciences politiques). Ce programme est soutenu par l’ANR (ANR-16-CE26-0013-02).

Mis à jour le 22 février 2019