• Recherche,

[Conférence] Comment alimenter huit à dix milliards de personnes dans le monde du XXIème Siècle, avec Manuel TOHARIA

Publié le 22 février 2018 Mis à jour le 22 février 2018
Wikimedia Commons
Wikimedia Commons
Date(s) et lieu(x)
Le 23 février 2018De 14:30 à 16:00
Informations complémentaires :Campus Jean-Henri Fabre / Amphithéâtre des Agrosciences

L'Université d'Avignon, en partenariat avec la Société d’Etudes des Sciences Naturelles du Vaucluse vous propose une conférence de Manuel TOHARIA, conservateur du Avanqua Oceanogràfic-Ágora à Valencia.

Comment alimenter huit à dix milliards de personnes dans le monde du XXIème Siècle ?
Sans aucun doute, le problème se pose différemment si on analyse les contrastes qui existent entre notre monde, le monde des riches, et les pays en voie de développement -surtout la Chine, mais aussi l'Inde- et, surtout, les pays des plus pauvres en Afrique, Asie ou Amérique latine. Notre monde riche, pas plus de 1,3 milliards de personnes, consomme -en gaspillant trop- autour de 80% des ressources naturelles de la planète, dont évidemment les aliments ou les matières premières qui servent à les préparer. Moins de 20% de l'humanité consomme 80% de la richesse naturelle du monde!

Comment remédier à cela? Du point de vue scientifique on peut, sans doute, apporter quelque lumière au débat; par exemple l'amélioration des techniques agricoles et, en général, de la production des aliments, en incluant les espèces modifiées génétiquement ou par quelque autre voie moderne, etc. Mais la solution globale ne peut être, hélas, que politique. Et là le débat glisse toujours, il dérape même.

En tout cas, les honnêtes citoyens du monde riche ont quand même quelque chose à dire. Et à faire. D'abord, ne pas gaspiller, c'est à dire ne pas dépenser inutilement. C'est économiser, qui ne veut pas dire se priver. Ensuite les bien connues trois R: Réduire (con achète trop, on consomme trop, on jette trop, il faut savoir s'éloigner du troupeau de Panurge auquel appartient le monde de la consommation aveugle), Réutiliser (on jette trop de choses qui ont toujours une certaine valeur au lieu de les utiliser à nouveau dans d'autres domaines ou pour d'autres usages), et Recycler (la matière de la plupart des objets que nous rejetons est parfaitemente recyclable; là ce n'est pas l'objet qui est réutilisé mais sa matière première). Et finalement, améliorer l'efficacité de tous les processus énergétiques et autres dans tous les domaines d'activité: industrie, commerce, transport, agriculture, construction... C'est à dire, obtenir la même chose avec moins de consommation, ou obtenir plus avec la même consommation (d'énergie, de matières premières, de main-d'oeuvre, etc.).

Saura-t-on le faire? Sans beaucoup changer les principes mêmes du marché capitaliste et les entraves économiques qui limitent les échanges internationaux de toutes les marchandises possibles, il est à craindre que cela devienne plus difficile qu'on ne l'imagine. On parle beaucoup d'économie circulaire, d'économie durable, d'économie verte... Mais saura-t-on les appliquer au monde globalisé, géré par les grandes multinationales de l'industrie, du commerce, de l'agriculture et de la pêche..?