• Valorisation - Entreprise,

Christine Pépin remporte le premier prix "My Innovation is"

Publié le 3 décembre 2018 Mis à jour le 13 décembre 2018
Christine Pepin à
Christine Pepin à "My innovation is" ©JF.B

Christine Contino-Pépin, maître de conférences HDR du département de chimie, responsable de l’équipe Chimie Bioorganique et Systèmes Amphiphiles (équipe IBMM UMR-CNRS 5247) a remporté ce mardi 27 novembre le premier prix du concours « My Innovation Is » organisé par la SATT-SE au Palais des Papes. Les dix candidats de ce concours (chercheurs, doctorants et sartuppers des régions Sud et Corse) avaient pour challenge d’exposer en 3 minutes leur rêve d’innovation devant le public du palais des papes et un jury composé de chercheurs, d’industriels et d’investisseurs. Les deux lauréats du concours ont remporté la somme de 20 kEuros pour démarrer une maturation de leur projet innovant.

Christine Contino-Pépin est chimiste organicienne, spécialisée en chimie thérapeutique. Ses travaux de recherche portent sur le développement de nanoémulsions à application théranostique, c’est à dire utilisables pour la détection (par échographie ou par IRM du fluor) et le traitement des tumeurs cancéreuses. Ces outils à double fonctionnalité, sont des gouttes de perfluorocarbures, stabilisées par des molécules amphiphiles fluorocarbonées préparées par l’équipe CBSA. Chargées en principes actifs, ces gouttes sont activables par induction ultrasonore ce qui permet la libération contrôlée du médicament sur un organe cible. Ces travaux, soutenus par l’ANR, l’Europe ou plus récemment l’InCa, ont fait l’objet de plusieurs brevets et publications. « Partants de cette expertise dans le domaine des nanoémulsions de perfluorocarbures à visée thérapeutique, nous avons essayé de transposer ce concept au domaine des agrosciences, cher à notre université ».

C’est avec son projet baptisé « extrémulsion » que Christine Contino-Pépin a remporté le concours My innovation is. Il consiste à extraire et formuler en une seule et même étape des actifs lipophiles (molécules solubles dans les corps gras comme l’huile et insolubles dans l’eau) issus de matrices végétales (mais pas uniquement !) dans un milieu essentiellement composé d’eau, et à stabiliser les extraits obtenus sous forme de poudres. Ces émulsions sèches, concentrées en actifs végétaux, sont faciles à stocker et à transporter. On peut les considérer comme des formulations « prêtes à l’emploi » par simple addition d’eau. En fonction de leurs propriétés physico-chimiques, ces émulsions reconstituées sont plus ou moins translucides et utilisables pour des applications variées dans le domaine agro-alimentaire, pharmaceutique ou cosmétique.

A l’heure actuelle Christine Contino-Pépin travaille sur le sujet avec l’aide d’un chercheur post-doctorant, Stéphane Desgranges et d’une doctorante, Alice Dall’Armellina dont les travaux sont co-financés par la région PACA et l’entreprise Lyofal de Salon de Provence, spécialiste de la lyophilisation. Après un récent dépôt de brevet, ce projet aux retombées prometteuses, devrait se poursuivre par une maturation avec le soutien de la Satt-SE.

Mis à jour le 13 décembre 2018