Nouveautés

Angélica Liddell, De la représentation à l'exposition de soi

Entretien réalisé par Laure Adler, avant-propos d'Olivier Py

" Je ne cherche pas à être originale ou d’avant-garde. Non, pas du tout. Je cherche à être profondément influencée et la plus antique possible. "

Dans cet entretien se déroulant le jour de la dernière de ¿Qué haré yo con esta espada?*, Angélica Liddell revient longuement sur l'importance de l'écriture à ses yeux et son exigence de rigueur esthétique. Elle aborde ses principales influences, son rapport au monde et à sa violence. Loin de toute provocation, elle évoque notre être primitif, la relative capacité à l'étonnement de nos sociétés et son souhait d'amour.
* LIDDELL, Angélica. Que ferai-je, moi, de cette épée ? (Approche de la Loi et du problème de la Beauté). Traduction de l’espagnol par Christilla Vasserot. Besançon : Les Solitaires Intempestifs, 2016, 112 p.

Biographie

Angélica Liddell est une artiste espagnole multidisciplinaire tout à la fois auteure, metteuse en scène, scénographe, comédienne et performeuse. Diplômée d’une licence en psychologie et d’arts dramatiques, elle entre en 1993 dans le monde du théâtre par le biais de sa compagnie, Atra Billis.
Son répertoire, très fourni depuis 2009, contient des pièces à l’impact puissant et furieux, véritable incarnation de sa souffrance intérieure face à la brutalité d’un monde régi par les aspects sombres de l’être humain. Plusieurs fois venue présenter son travail au Festival d’Avignon, elle nous revient en 2016 avec ¿Qué haré yo con esta espada?, matérialisation de son trouble et de l’horreur face aux attentats du 13 novembre 2015 en France.

En savoir plus

Auteur : Angélica Liddell
Édition : Éditions Universitaires d'Avignon Collection : Entre-Vues
Edition bilingue français/espagnol
Série : Leçons
Pages : 68
Format : 10,5 x 20 cm
Parution : 25 juillet 2017
Prix public : 7€ TTC
ISBN : 978-2-35768-056-2
Diffusion/distribution : FMSH Diffusion

Julien Gosselin, Fracas et poétique du théâtre

Entretien réalisé par Laure Adler, avant-propos d'Olivier Py

" Dans le monde dans lequel nous vivons aujourd’hui, on a besoin d’avoir des littératures immenses, d’être face à des choses qui sont gigantesques, pas par la taille ou la durée, mais par la pensée, l’élégance, la puissance de l’écriture. La situation est tellement critique qu’il ne suffit pas de choses « grandes » ou « bonnes », il faut des choses gigantesques. "
Faut-il lire au théâtre ? Julien Gosselin montre à quel point il peut être intéressant, voire essentiel, d'aller au-delà du théâtre parlé. Le théâtre, c'est aussi une lecture, des vidéos, de la poésie, de la musique. Un mélange des genres mis en pièces autour de grandes oeuvres.

Biographie

Né en 1987, Julien Gosselin est un jeune metteur en scène qui s’attaque à des oeuvres contemporaines aux univers profonds et entiers. Après des études à l’École professionnelle supérieure d’art dramatique de Lille, il forme avec d’anciens camarades le collectif Si vous pouviez lécher mon coeur. Très vite, ils montent leur premier spectacle, Gênes 01 de Fausto Paravidino, au Théâtre du Nord en 2010. Ses premiers pas dans le monde de la scène s’agrémentent en 2012 d’une adaptation d’Anja Hilling, Tristesse animal noir, mais également d’une courte entrée dans le monde du livre avec la coécriture de La Liste chez 10/18.
Il présente en 2013 au Festival d’Avignon Les Particules Élémentaires de Michel Houellebecq et crée en 2015 Le Père, d’après une oeuvre de Stéphanie Chaillou. 2016 marque l’arrivée de son dernier projet en date, 2666, ambitieuse adaptation du roman fleuve inachevé de Roberto Bolaño dont les scènes « résonnent avec puissance sur le plateau de théâtre ».

En savoir plus

Auteur : Julien Gosselin
Édition : Éditions Universitaires d'Avignon
Collection : Entre-Vues
Série : Leçons
Pages : 72
Format : 10,5 x 20 cm
Parution : 25 juillet 2017
Prix public : 7€ TTC
ISBN : 978-2-35768-053-1
Diffusion/distribution : FMSH Diffusion

Madeleine Louarn, La métamorphose des corps

Entretien réalisé par Laure Adler, avant-propos d'Olivier Py

" Je ne cherche donc absolument pas à enlever les rugosités que le handicap produit, les difficultés de parler, de maîtriser certaines choses. À travers ces difficultés se pose une question qui est humaine, profondément existentielle, celle de nos propres limites. […] C’est extrêmement palpable chez eux sur le plateau, et c’est sans doute ce qui les rend profondément théâtraux. "
Madeleine Louarn entend confronter ses comédiens à la puissance de la langue et du corps. Le théâtre devient alors un combat pour dépasser ses propres limites, pour aller au-delà du handicap, pour vivre, tout simplement, par la langue d'un autre.

Biographie

Madeleine Louarn est née à Saint-Renan (Bretagne) en 1957. Elle devient dès l'âge de 22 ans éducatrice spécialisée aux Genêts d'Or, centre d'aide par le travail, situé à Morlaix. La direction souhaitant faire entrer l'art dans cette institution, Madeleine Louarn sera chargée de s'occuper du théâtre.
En 1984 elle crée Catalyse, une compagnie de théâtre amateur qui se professionnalise. Sa première mise en scène sera autour du mythe de Sisyphe et s'appuie sur des chorégraphes tels que Maguy Marin ou Bernardo Montet.
Son goût pour le théâtre et pour la transmission la mènera à enseigner au Conservatoire de Brest ainsi qu'à l'Université de Rennes. En 1992, Madeleine Louarn fonde le Théâtre de l'Entresort, lieu de création et de diffusion du spectacle vivant. En 2013, elle prend la présidence du Syndeac (Syndicat national des entreprises artistiques et culturelles). Enfin, en 2016, la metteuse en scène est au In du Festival d'Avignon pour présenter la pièce Ludwig, un roi sur la Lune.

En savoir plus

Auteur : Madeleine Louarn
Édition : Éditions Universitaires d'Avignon
Collection : Entre-Vues
Série : Leçons
Pages : 58
Format : 10,5 x 20 cm
Parution : 25 juillet 2017
Prix public : 7€ TTC
ISBN : 978-2-35768-054-8
Diffusion/distribution : FMSH Diffusion

Alexis et Firmin Grüss, Ex Ducere

Avant-propos de Philippe Ellerkamp, introduction par Natalie Petiteau.

" Je suis un inconditionnel de l’éducation, or pour moi l’éducation c’est de l’action. L’étymologie du mot vient du latin ex ducere. Cela veut dire conduire à l’extérieur pour grandir. L’éducation, c’est tout ce qui est contre nature. L’éducation, quand on parle du travail de mes chevaux, ou du travail avec mes enfants, mes petits-enfants, dans les spectacles créés durant ces dernières années, c’est sublimer le naturel de la nature, là est le rôle de l’humain. "
En quoi et pourquoi le cirque peut-il aider à nous éduquer? Alexis et Firmin Grüss, père et fils à la tête du cirque équestre du même nom, montrent à quel point il peut être intéressant, voire essentiel, d’ouvrir les portes de leur lieu d’apprentissage aux nouvelles générations. L’art équestre, c'est aussi une passion, une transmission des émotions et des savoir-faire.

Biographies

Né en 1944, Alexis Grüss est artiste et directeur de cirque depuis 1974. Issu d’une grande famille d’artistes circassiens, Alexis prend à cœur l’apprentissage des différentes spécialités du cirque à ses enfants et petits-enfants. Né en 1980, Firmin, son troisième fils, est chargé de l’administration du cirque familial, et a fait de l’acrobatie équestre sa spécialité. 2017 est l’année de leur huitième création, un spectacle intitulé Quintessence, créé dans leur parc de Piolenc dans le Haut-Vaucluse.
Ils ont présenté lors d’une première leçon le 30 mai 2017 à l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse le PACE, Pôle d’Action Culturelle Equestre. Début d’une alliance entre cirque équestre et monde universitaire, cette initiative vise à faciliter et élargir la transmission et le partage des connaissances et compétences circassiennes jusque-là principalement réservés au cadre familial. Une deuxième leçon sera proposée le 17 janvier 2018 autour du thème Éduquer et séduire.

En savoir plus

Titre : Ex ducere
Auteurs : Alexis et Firmin Grüss
Édition : Éditions Universitaires d'Avignon
Collection : Entre-Vues
Série : Grandes Conférences        
Pages : 72
Format : 10,5 x 20 cm
Parution : 19 Décembre 2017     
Prix public : 8€ TTC
ISBN : 978-2-35768-057-9
Diffusion/distribution : FMSH Diffusion

" En 1998, l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse s’est installée au coeur d’un site privilégié, l’ancien Hôpital Sainte-Marthe, fondation médiévale à l’ombre des remparts citadins. Pour célébrer les vingt ans de cette installation, nous avons choisi, entre autres, d’insister sur sa signification profonde et originaire : la transmission des savoirs et ce, en partant des médecins, des apothicaires et de leurs patients pour en arriver aux personnels, aux enseignants-chercheurs et à leurs étudiants et étudiantes. "
Des recherches historiques aux analyses chimiques, l’ouvrage nous entraîne au cœur de l’Avignon d’autrefois. Pots et récipients, herbes médicinales et sirops de l’apothicairerie se transforment en autant de pages de la vie municipale et de l’histoire de la médecine des siècles passés.
 
Biographies
Jean-Charles Bertozzi, après une thèse en médecine (1968), exerce comme pédiatre et praticien hospitalier. Reprenant des études en histoire à la fin des années 2000 à l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse, il est aujourd’hui inscrit en doctorat d’histoire moderne.
Thomas Bohl, photographe avignonnais, fonde le Laboratoire de Photographie Sociale et Populaire en 2011. Observateur attentif des gens et des lieux, il dispense de nombreux ateliers auprès des publics enfants et adultes.
Céline Joliot est technicienne de recherche et formation à l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse. En 2012 elle a intégré l’équipe « Ingénierie de la restauration des patrimoines naturel et culturel » de l’Unité Mixte de Recherche (UMR) Institut Méditerranéen de la Biodiversité et d’Écologie marine (IMBE).
Marie-Claude Léonelli, aujourd’hui conservateur honoraire des Antiquités et Objets d’Art du Vaucluse, est une historienne de la peinture médiévale.
Carole Mathe est docteur en chimie et, depuis 2014, directrice de recherches habilitée auprès de l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse. Elle développe actuellement ses travaux au sein de l’équipe « Ingénierie de la restauration des patrimoines naturel et culturel » de l’UMR IMBE.
Françoise Moreil est maître de conférences honoraire en histoire moderne auprès de l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse. Ses travaux portent sur les protestants de la principauté d’Orange pendant l’Ancien Régime. 
Marilyn Nicoud est professeur d’histoire médiévale à l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse depuis 2010 ainsi que directrice adjointe du CIHAM-UMR 5648. Ancienne élève de l’ENS de Fontenay-Saint-Cloud et ancien membre de l’École Française de Rome, elle a été directrice des études médiévales de l’EFR (2004-2010). 
Catherine Vieillescazes est docteur en chimie de l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse et, depuis 1997, habilitée à diriger des recherches. Professeur des universités depuis 2004 dans la même structure, elle est également responsable de l’équipe « Ingénierie de la restauration des patrimoines naturel et culturel » de l’UMR IMBE.
 

En savoir plus

Titre : Un trésor à l'Université d'Avignon : La pharmacie de l'Hôpital Sainte-Marthe
Auteurs : Françoise Moreil et Catherine Vieillescazes (dir.)
Édition : Éditions Universitaires d'Avignon
Collection : En-Jeux       
Pages : 180
Format : 15 x 21 cm
Parution : 29 Mai 2018     
Prix public : 18€ TTC
ISBN : 978-2-35768-058-6
Diffusion/distribution : FMSH Diffusion